H. Tissieres Photo 2016.jpg

Hélène Tissières Dr.

• Professeure associée (Université du Texas à Austin).

• Quitté poste en 2016 pour s'installer à Genève.

• Commissaire, chercheuse, écrivaine et critique.

Spécialiste: littérature, cinéma, arts visuels de l'Afrique

Ayant grandi en Suisse, à Genève où j’ai obtenu ma Maturité, je suis partie faire un Bachelor en peinture à Art Center College of Design en Californie. Suite à cela et souhaitant ouvrir sur une approche interdisciplinaire, j’ai entamé des études en littérature à l’Université de Genève. Comme je me suis dirigée vers le continent africain, après avoir suivi des cours d’Edouard Glissant et d’Abdelwahab Medded, je suis partie poursuivre un doctorat à New York University. Ceci m’a permis de combiner mes intérêts pour la littérature, le cinéma et l’art contemporain du continent africain (Maghreb et Afrique subsaharienne). J'ai eu l'occasion de rencontrer de nombreux écrivains de passage à New York et d'être formée comme bénévole au Museum for African Art qui se trouvait à l'époque à Soho. En 2001, j’ai obtenu un poste à l’Université du Texas à Austin où j'ai travaillé de près avec de nombreux étudiants. Grâce à une bourse Fulbright (2003- janvier 2005), j’ai enseigné à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar et débuté des recherches sur la Biennale de Dakar tout en poursuivant les travaux interdisciplinaires que j'avais entamés. Après avoir été titularisée (2010), j’ai été invitée à enseigner à Kwara State University, à proximité d’Ilorin, au Nigeria, travaillant de près avec le professeur Abiola Irele sur le programme qu'il tentait de mettre en place. Ainsi, au long des années, j’ai vécu entre trois continents et mené des recherches/enseigné /offert des stages dans de nombreux pays (Sénégal, Egypte, Maroc, Tunisie, Nigéria, Ghana, Côte d’Ivoire, Mali). J’ai également eu l’occasion de faire du travail de terrain en Palestine, me penchant sur sur la question des femmes expulsées. Présentement intéressée par l’apport de la culture pour promouvoir la paix, j’ai suivi une formation sur la résolution des conflits. Cependant, force est de constater que les rappeurs, artistes, écrivains, cinéastes et acteurs culturels du continent africain parviennent à offrir une stabilité bien plus efficace et profonde, même s’ils continuent à travailler dans des conditions particulièrement difficiles. En ce moment, j'étudie les productions culturelles de la région du Sahel et je continue à suivre de près les arts contemporains qui émanent du continent.

  • LinkedIn - Black Circle

© 2019 Hélène Tissières

Chercheuse universitaire, commissaire, écrivaine